Il y a lieu de se saisir de tous les Juifs, restant encore, sans considération d’âge ordonne la note de la Direction Générale de la police, émise le 10 janvier 1944 au matin. Et ils seront 228 à être arrêtés cette nuit là, transférés le 12 janvier vers Drancy, puis déportés pour la majorité d’entre eux vers Auschwitz-Birkenau, par les convois 66 et 67 du 20 janvier et du 3 février 1944. Élèves de Terminale bac professionnel Technicien Menuisier Agenceur et Aménagement Finition (TFINTMA) du Lycée Léonard de Vinci à Blanquefort, nous avons voulu leur « redonner vie » et essayer de comprendre comment on en était arrivé à arrêter et assassiner des hommes, des femmes et des enfants, juste parce qu’ils étaient juifs.
Nous avons décidé pour cela, dans le cadre d’un projet pédagogique, de raconter l’histoire de 16 familles, habitant alors les villes et villages que nous habitons nous aujourd’hui, grâce aux documents que nous avons pu trouver dans les archives.
Voulant comprendre comment une rafle comme celle-ci pouvait avoir lieu dans notre Région, nous sommes allés à Paris au Mémorial de la Shoah, où nous avons suivi une visite sur le thème de Vichy et les Juifs, au Musée d’Art et d’histoire du judaïsme, où nous avons autour de l’Affaire Dreyfus, essayé de comprendre les mécanismes de mise en œuvre des préjugés contre les juifs, et au Mont Valérien où nous avons vu ce qu’était l’arbitraire des exécutions des résistants et des otages.
Pour terminer cette présentation, c’est sûrement la rencontre avec Madame Ginette Kolinka, venue témoigner au sein de notre lycée au mois d’octobre 2018, qui a donné tout son sens à notre projet. Car son histoire, c’est aussi celle de Serge GUERSTEIN, Lucette TORRES, Germaine BAR…


Remerciements:

Madame Géraldine DOULUT, enseignante Lettres Histoire-Géographie et les élèves de Terminale Bac professionnel Technicien Menuisier Agenceur et Aménagement Finition qui ont participé à ce projet tiennent à remercier:

  • La Région Nouvelle Aquitaine et la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, qui ont aidé financièrement à la réalisation du projet,
  • Madame Nathalie GUILHEM du service éducatif des Archives Départementales de Gironde,
  • Monsieur ILLOUZ, guide bénévole à la Synagogue de Bordeaux,
  • Monsieur MAITRE, proviseur et Madame LITZLER, proviseure adjointe du Lycée Léonard de Vinci et l’équipe d’intendance, qui ont soutenu notre projet et en ont facilité les démarches,
  • Mesdames Cécile FONTAINE et Cécile LAUVERGEON, documentalistes au Mémorial de la Shoah
  • Madame Nelly CARRUETTE enseignante Lettres Histoire-géographie et la classe de Deuxième année CAP Conducteurs d’Engins, qui se sont associés à ce projet,
  • Madame Sandrine LABEAU, correspondante académique du Mémorial de la Shoah
  • Monsieur Serge MORO qui nous a accompagnés au voyage d’étude à Paris.